Marie-Christine Gordien est née en France d’un père guadeloupéen et d’une mère originaire du Massif central, ne découvrira que bien plus tard sa famille, les paysages insulaires, de la terre paternelle.

Son premier ouvrage, « Chayotte », paru en 2011, aux Editions de la rumeur libre traduit ce tremblement dont parle Edouard Glissant où cette enfance reste « laissant une part d’elle-même dont elle ne pourrait jamais témoigner » et auquels ses livres suivants tentent de répondre. Entre mystère et questionnement sur cette « identité », Marie-Christine Gordien poursuit la quête de ce métissage. « Pollens », paru en 2012 aux Editions de la Rumeur libre et  « La Monnaie des songes » en 2015 chez le même éditeur, s’attachent à donner, dans des formes très éclatées, voix à cette créolisation des mondes affichant ainsi ses influences telles celles des poètes Damas ou Césaire et tracant l’esquisse d’un regard sur la ville, la solitude et l’amour.

Ses recherches et ses interrogations la ménent de même concert à s’emparer de ses origines et à embrasser l’histoire de la traite négrière atlantique et de l’esclavage qui l’entraîneront sur le continent africain, au Bénin retrouvant, à Zian, au dessus de Porto Novo, un de ses berceaux familials.

Amatrice de musiques et de jazz tous azimuts, Marie-Christine Gordien anime depuis plus d’une dizaine d’années des ateliers d’écriture et l’option écriture créative en Lettres Modernes à l’Université de Nîmes.

Quelques ouvrages de Marie-Christine Gordien :

  • « La Beauté, éphéméride poétique pour chanter la vie » Anthologie, Editions Bruno Doucey (contribution)
  • « Moon walker », La rumeur libre Editions, 2018.
  • « La Monnaie des Songes » ; La rumeur libre Editions, 2015

 

Programme

Saison en cours